VIDÉO Journée Mondiale des Réfugiés -- ouvrir les esprits, déblo
Apou Charlotte a accueilli des dizaines de réfugiés dans sa mais

VIDÉO Journée Mondiale des Réfugiés -- ouvrir les esprits, déblo

Rome, 20 juin 2016 – Comme êtres humains, nous sommes à la merci de la nature, à la merci du gouvernement, à la merci des dirigeants, à la merci de la guerre. Nous sommes à la merci de forces hors de notre contrôle. Ces forces ont contraint un nombre sans précédent de 60 millions de personnes – mère, pères, sœurs, enfants – de fuir leurs foyers. Imaginez toute l'Italie en mouvement, prenant des camions, des radeaux, des sentiers et des trains, en emportant les enfants, des couvertures, des vêtements et, le plus souvent, en n'emportant rien. 

En cette Journée Mondiale des Réfugié, le Service Jésuite des Réfugiés(JRS) vous exhorte à vous rappeler que nous devons non seulement fournir aux réfugiés un lieu sûr pour séjourner, mais aussi des possibilités de grandir et de contribuer à la société. Vraiment protéger signifie garder les personnes loin de tous les maux, notamment la pauvreté, l'isolement, l'exploitation, la méprise et la négligence.

Les réfugiés en mouvement doivent finalement s'arrêter et quand ils le font, ils changent. Quand la société change, les communautés d'accueil changent aussi. Tant de personnes sont obligées de fuir la guerre, la persécution et l'oppression. Mais nous, comme humanité, semblons aussi fuir les uns des autres. Contents d'avoir un confortable sens de normalité, nous craignons le changement. Toutefois, le changement ne signifie pas dire négligence qui nous ballotte dans l'inconnu. Cela signifie plutôt positivement refaçonner nos sociétés à travers une rencontre positive avec notre voisin.

"Nous avons besoin de réinventer notre manière d'être ensemble. Nous devons montrer de la miséricorde et nous accepter les uns les autres, et cet acte de miséricorde doit être mutuel et concret. Ouvrir les portes n'est pas suffisant; nous devons nous ouvrir nous-mêmes et débloquer notre potentiel comme société" a dit le directeur international du JRS, le père Thomas H Smolich SJ.

L'accès à l'éducation de qualité permet aux réfugiés de mieux développer leur potentiel et de contribuer pleinement à la croissance, au renforcement et à la stabilité des communautés. La connaissance est la seule chose qu'aucune guerre ou désastre ne peut détruire.

Je demande que chaque personne reçoive une éducation non seulement pour elle-même, mais aussi pour l'amélioration de son pays. Disons-le simplement: pas d'éducation, pas de vie» a dit Seda Abdallah Abakar, un réfugié et enseignant à l'école du JRS au camp de Goz Amir, au Tchad.

Les communautés d'accueil dans le monde doivent garantir que les réfugiés ne perdent pas leur droit fondamental à apprendre. Eduquons-nous, au sens le plus élevé du terme, et apprenons les uns des autres: Nous devons authentiquement nous ouvrir, nos esprits et nos communautés, pour débloquer notre potentiel comme société. Cette Journée Mondiale des Réfugiés, saisissons l'occasion pour mobiliser nos compassions et mettre notre Mercy in Motion.

Pour davantage d'information: 

Jacquelyn Pavilon, JRS, coordinatrice internationale de la communication, Jacquelyn.Pavilon@jrs.net; tél. +39 06 698 68 609/+39 348 993 1544; skype: jacquelyn.pavilon

Notes pour les rédacteurs: 

Les programmes du Service Jésuite des Réfugiés sont offerts dans près de 50 pays, fournissant de l'aide aux réfugiés et personnes déplacées, demandeurs d'asile et les personnes détenues. Les principaux domaines de l'œuvre sont: l'éducation, le soutien psychosocial, l'aide d'urgence, les soins médicaux, les activités de gagne-pain et les services sociaux. fr.jrs.net

En arrière Voyez toutes les nouvelles