Le JRS et le Rotary discutent comment construire de plus fortes communautés avec les réfugiés

Le JRS et le Rotary discutent comment construire de plus fortes communautés avec les réfugiés

Rome, 22 avril 2016 – Le 29 avril, à l'université Lumsa, le père Thomas H Smolich SJ, directeur international du Service Jésuite des Réfugiés (JRS ), parlera dans un comité de discussion organisé par le Rotary international pour discuter des besoins et défis des réfugiés ainsi que de solutions durables à apporter. Le père Smolich parlera aux côtés de Carlotta Sami, porte-paroles du Haut-Commissaire des Réfugiés pour l'Europe du Sud, ainsi que de John Hewko et K.R.Ravindran, respectivement secrétaire général et président du Rotary international, afin de discuter le thème «Aider les réfugiés à recommencer.»

La conférence est la manifestation d'ouverture du programme du Jubilé des rotarien, organisé dans le monde entier pour l'année de la miséricorde. Le programme continuera en audience privée avec le pape samedi 30 avril. Rotary œuvre à répondre aux besoins des réfugiés dans le monde entier en fournissant de la nourriture, des vêtements et des traitements médicaux. Le père Smolich se concentrera spécifiquement sur l'éducation pour les réfugiés et d'autres façons pratiques de les soutenir pour leur permettre de recommencer leur vie et devenir autosuffisants.

Actuellement, les Nations Unies ont enregistré 60 millions de personnes dans le monde qui ont été obligées de fuir leur foyer à cause de la guerre, des persécutions et de l'oppression. C'est le nombre le plus élevé jamais enregistré et la plus grande crise humanitaire. Le pape François s'est exprimé en diverses occasions sur l'urgence d'affronter les défis en cours concernant les réfugiés. Pendant sa récente et historique visite sur l'ile des Lesbos, il a dit: «Nous avons besoin de l'éducation pour l'intégration. Des murs n' apportent pas de solution. Un mur ne résout rien. Nous avons besoin de construire des ponts, mais nous devons les construire avec intelligence, à travers l'intégration. 

Pendant 35 ans, le JRS s'est concentré sur l'éducation comme moyen pour construire la paix et encourager le développement de sociétés plus fortes et cohésives. Lorsque le pape François a dit «Donner à un enfant un siège dans une école est le plus beau cadeau qu'on puisse lui faire… Pour des enfants forcés à émigrer, les écoles sont des lieux de liberté,» le JRS a répondu en lançant la collecte de fonds Mercy-in-Motion et la campagne d'advocacy pour implanter son programme d'Initiative mondiale en éducation visant à étendre fortement, dans le monde, l'éducation à la fois formelle et informelle - allant de l'école primaire à l'université, y compris l'enseignement professionnel et la formation des enseignants.

Que ce soit en offrant aux réfugiés des occasions d' être mieux intégrés dans les communautés d'accueil ou d'être préparés au retour à la maison ou encore à la réinstallation dans un pays tiers, le JRS cherche à promouvoir l'autosuffisance et fait ainsi en fournissant l'accès à l'éducation. «Les initiatives du JRS en éducation et en gagne-pain vont au-delà des simples aspects économiques de la vie, atteignant des dimensions plus humaines et sociales. Nous ne visons pas seulement à aider les réfugiés à se rétablir pour pouvoir gagner leur pain, mais aussi à restaurer leur dignité et leur espoir, et également à faciliter également leur intégration» a dit le père Smolich. 

Au cours de sa visite à Lampedusa en 2013, pour faire face à la réalité des réfugiés, le pape François a dit que le monde souffre d'une «mondialisation de l'indifférence» ignorant ceux qui implorent pour la miséricorde. «Nous ne pouvons plus ignorer la souffrance des autres» a-t-il dit . Inspiré par ces mots, le père Smolich prend en considération une prochaine collaboration avec le Rotary et dit: «Nous devons nous unir et mobiliser notre compassion pour faire la différence mondialisée. C'et le rôle de chacun de nous d'assurer que ceux qui ont perdu leur logement ne perdront pas l'espoir. Le JRS fait cela à travers l'éducation, et les engagements mondiaux du Rotary cherchent à faire de même.»

En arrière Voyez toutes les nouvelles